Les créations

 

 

Les Créations Passages

"Les êtres humains rendent la vie si intéressante.

Savez-vous que dans un univers si rempli de merveilles, ils ont réussi à inventer l'ennui...?"

Terry Pratchett, dont nous partageons l'étonnement.

 

 

 

Le Premier S exe

 

« Comment explique-t-on qu’en trente ans aucun homme n’a produit le moindre texte novateur concernant la masculinité, eux qui sont si bavard et si compétents quand il s’agit de pérorer sur les femmes (…) rien concernant la masculinité ».

Virginie Despentes, King Kong Théorie

 

 

 

 

 

Le Deuxième S exe. Simone de Beauvoir.

Pourquoi son bonhomme de Sartre n’a-t-il pas eu l’envie, le cœur ou les couilles de passer son genre au crible de l’analyse et d’écrire le Premier en écho ?

Pourquoi a-t-il fallu que ce soit cette bite de Zemmour qui s’y colle un demi-siècle plus tard en pondant un torchon misogyne et fasciste?

Pourquoi papa me raconte-t-il les joies de la sodomie en plein petit déjeuner Ricoré avec une fierté toute déconcertante quand maman devient rouge et bégaie dès qu’il est question de sexualité ?

 

 

 

De et avec : Mickaël Délis

Mise en scène : Elisa Ruschke.

 

 

Pourquoi enfin ai-je eu si peur enfant, adolescent et jeune adulte de ce truc qui pendouillait sans grande gloire entre mes jambes ?

Et si ces injonctions de bander dur et fort H-24, d’être un monsieur muscle qui assure, dirige son entreprise comme sa famille et joue à la guéguerre du soir au matin en voulant baiser tout à la fois femmes, hommes, enfants et monde entier était un concept aussi périmé que celui de la femme passive, fragile et sans jugement autonome, en plus que d’être un impératif furieusement écrasant ? Prérogative jubilatoire ou vertige : c’est quoi être un homme, un garçon, un petit mec en 2018 ?

 


Presse


Les Carnets de la Création - Aude Lavigne, France Culture :

 

https://www.franceculture.fr/emissions/les-carnets-de-la-creation/les-carnets-de-la-creation-du-lundi-04-juin-2018?fbclid=IwAR25sYflYpSJbSB7PAmOWp5f0NoELF7XzBqL0stR3-BvR7HzJwpAZ8jc0KE

 

Rencontre avec Eddy de Pretto autour de la Virilité sur Radio Neo :

 

http://www.radioneo.org/fr/podcasts/view/1060/eddy-de-pretto-mickael-delis

 

Article Mediapart / L'oeil d'Olivier :

 

exe-etape1-lucide-et-desopilant-de-mickael-delis">https://blogs.mediapart.fr/loeil-dolivier/blog/150618/le-premier-s exe-etape1-lucide-et-desopilant-de-mickael-delis

 

Ronan au Théâtre :

 

https://www.youtube.com/watch?v=Pm5tnD_42TQ

 

 

#JeSuisLeProchain

 

 

« Qui remporte la palme du terrorisme ?

Les talibans ou vous qui les avez armés ?

Les malfrats des banlieues ou vous qui les désespérez ?

Le chômeur qui abat le responsable de son licenciement ou vous qui démantelez les usines ? »

 

#RaoulVaneigem

#PourL’AbolitionDeLaSociétéMarchandePourUneSociétéVivante

 

 

 

#LaPièceEnQuelquesLignes

 

 

#JeSuisLeProchain met en scène Jeanne, une adolescente follement éprise de Ramy. Confrontée aux ambitions contraires de ses parents, des institutions et d’une galerie de personnages plus ou moins bien intentionnés, elle fera tout son possible pour retrouver l’homme qu’elle aime et qui vient d’arriver en Syrie afin de rejoindre les djihadiste de DAESH. #JeSuisLeProchain interroge le désir de justice et les diverses formes que celui-ci peut prendre dans un monde où l’espoir et la raison semblent chaque jour perdre un peu plus de terrain.

 

#JeSuisLeProchain teaser Paris Villette Festival Spot from Délis Mickael on Vimeo.

 

 

Nabil Cheik Ali #Bakromi

Elise Boissière #Slimane#Ramy

Mickaël Délis #Flavian#Antoine

Clara Huet #Marianne#Arianne

Léa Moszkowicz #Mounia#Charlotte

Vladimir Perrin #Luc#André

Elise Roth Faugère #Sonia#Martine

Anouck Siboni #Jeanne

 

Ecriture et mise en scène #Mickaël Délis

Scénographie #Vladimir Perrin

 

#OriginesDuProjet

 

L’horreur des attentats de Janvier 2015, la manifestation historique du 11, l’horreur réitérée et amplifiée du 13 novembre 2015 et les innombrables autres assassinats souvent plus meurtriers encore perpétrés dans le monde entier sous couverts d’idéaux religieux et politiques ont précipité l’urgence d’interroger, de comprendre, d’écrire pour déjouer tout à la fois l’ignominie, l’injustice et la bêtise absolue.

 

Il fallait mettre des mots sur les origines, expliquer sans pour autant justifier et sortir du constat mystique visant à invoquer une injustice arbitraire et dénuée de sens. Sans compréhension, pas d’avancée possible, sans acceptation, pas de combat, et sans courage, pas de victoire.

 

#JeSuisLeProchain est le fruit des nombreuses lectures, d’heures de visionnages et d’écoutes ingurgités avec compulsion afin de déjouer le foyer de la barbarie dans l’espoir notamment de l’endiguer par sa remise en question lucide et active.

Pas de solution miracle, juste l’envie et le besoin impérieux de ne plus se taire, d’agir, si modestement cela puisse être, pour réveiller l’humanité qui seule peut venir à bout de l’atrocité. Et pour rendre au théâtre sa puissance incomparable au cœur de la cité.

 

 

 

Ils se souviennent

 

La mémoire du coeur.

La mémoire du corps.

Le mémoire de l'esprit.

Celle de l'âme. Celle du cerveau. Celle de la peau.

Autant de façon de se souvenir. D'inscrire le temps en soi. D'étoffer le présent de strates d'un autre temps. De mettre à jour le passé. De diffracter les sens uniques.

La mémoire.

Celle qui disparait aussi. Qui s'enfuit. Qui meurt. Celle qu'on voudrait étouffer. Ou qui nous lâche. Celle qui nous bouleverse, irradie ou dévaste.

La mémoire défaillante. La mémoire ennemie.

L'oubli.

 

 

Ils se souviennent est un projet créé à l’issue d’un travail long de plus de six ans avec des lésés cérébraux qui ont pour handicap commun de ne plus avoir de mémoire, ou bien qui en ont une de façon plus que parcellaire.

 

Sur scène, des artistes qui se mettent à nu. Qui finissent par se rencontrer, le temps d’une représentation. Et par se découvrir.

 

Au gré du spectacle, l’espace scénique est occupé de façon matérielle par les mémoires de chacun, si oublieuses soient elles. Un mobile de clichés d’enfance. Un mur et un sol de post it complices. Des piles de cahiers et de livres. Et sur ces expressions diverses viendront se superposer les empreintes et les mouvements d'un danseur, dont le parcours modifiera lui aussi de façon singulière les traces laissées au sol, aux murs et sur le papier.

 

Se souvenir donc, inviter la mémoire à s'inventer. J'ai voulu que ces témoins, ces interprètes se souviennent, qu'ils trouvent sur scène l'espace de toutes les victoires, de toutes les narrations, impudiques, folles, drôles. Pour mieux oublier. Pour mieux avancer. Et mieux recommencer.

 

Créé en 2014 avec Laura Biasse à la chorégaphie et à la scénographie et des interprètes des centres avec lesquels nous travaillons (Sophie Pingat et Eric Canel du CADJ des poissonnier à Neuilly et Marika Chaumont de Simon de Cyrène à Vanves), Ils se souviennent fait peau neuve en 2018 avec une version resserrée autour de Marika Chaumont et sous le direction de Mickaël délis et Vladimir Perrin. Un extrait à été présenté au Centre Pompidou en Décembre 2018.

 

 

 

Sexualité(s)

 

Création prévue pour 2020.

Résidence au théâtre 13 en Septembre 2019.